Spring Version by Manzana. ( 11th )
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PV Fumée de Groseille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pelage de Noisette
Attention, Modette Nuts arriérée !
Attention, Modette Nuts arriérée !
avatar

Féminin
Nombre de messages : 672
Age : 10 ans
Date d'inscription : 06/01/2008

Personnage
Mâle/Femelle: Femelle
Connaissances:
Avertissements (10 = suppression du compte): 1

MessageSujet: PV Fumée de Groseille   Sam 13 Fév - 19:10

Le vent soufflait légèrement. Les moutons était dans leur pré, insensible au froid qui régnait autour d'eux. Ils continuaient de brouter, sans crainte, arrachant de grosses touffes d'herbe grasse avant de les avaler goulûment. Un petit mouton bêlait, contre le ventre de sa mère. C'était apparemment le seul qui pressentait un danger. Tous les anciens le rassurait de quelques bêlement graves et revenaient à leur repas.
Soudain, le chef des moutons, une grosse bête plein de poils qui portait une petite clochette installée à son cou par les Bipèdes, qui était d'ailleurs bien plus gênante que efficace. Le pauvre moutons ne pouvait avaler ne poignée d'herbe sans que tout le troupeau le sache. Alors le malheureux essayait d'être le plus immobile possible.
Soudain, la clochette tintinnabula. Le gros mouton venait d'apercevoir quelque chose. A l'affût, il guettait les près alentour, mais rien ne lui permettait de voir si un quelconque individu était à proximité. Méfiant, il lança un gros bêlement grave et tous le troupeau, affolé, se regroupa.

Pelage de Noisette s'aplatit un peu plus dans l'herbe. Elle savait que le gros mouton l'avait vu, mais si elle restait assez longtemps dans cette position, peut-être qu'il penserait qu'il avait rêvé et dirait aux autres qu'ils pouvaient aller où il voulait... L'herbe lui chatouillait le ventre, fait désagréable en plus que celui-ci ronronnait de faim. Elle avait fait la fière en expliquant aux autres guerriers qu'elle ramènerait quelques chose de très gros, était partie la tête haute, et puis finalement s'apercevait que les moutons n'était pas si bête que ça.
Elle essaya de se rapprocher en tapinois d'une grosse moutonne qui, apparemment, ne prenait pas au sérieux son chef et continuait de brouter comme si de rien n'était, à quelques mètres des autres, rassemblés autour de leur chef, les yeux écarquillés de peur.
Pelage de Noisette mesura soigneusement la distance qui la séparée de sa cible : la moutonne n'était pas très loin des piquets qui délimitait l'enclos. Si elle prenait un peu d'élan et bondissait par-dessus ces derniers, elle pourrait alors tuer sa proie assez vite... Mais c'était compliqué.
Elle eut alors une idée lumineuse : les piquets n'était pas très bas... Évidemment, il y avait des espèces de fils de fer tordus avec plein de pointe qui les attachait les uns aux autres, mais elle n'avait pas beaucoup mangé ces temps derniers, elle était maigre, et, en faisant attention, pourrait passer dessous... Si elle réussissait alors à s'approcher de la moutonne, de la mordre à la patte pour la faire tomber puis essayer de l'égorger, elle pourrait ramener sa grosse proie à l'enclos. Évidemment, cela était basé sur beaucoup de si : si elle arrivait à passer, si on ne la voyait pas, si elle parvenait à la tuer avant que les autres interviennent, si les autres avaient trop peur pour attaquer, si elle parvenait à la ramener au camp... Ce dernier si était très bancale. La moutonne était très grosse, jamais Pelage de Noisette, malgré ses fin muscles, ne parviendraient à la ramener sans aide au camp. Rien que de la faire passer sous les fils barbelés représenterait un exploit. A moins qu'elle fasse passer un à un les morceaux de sa carcasse ?
Elle fronça les sourcils, puis risqua le tout pour le tout, et commença à passer sous les fils barbelés. Elle progressait lentement, vérifiant à chaque millimètre que les moutons ne la voyait pas, que son poil ne se prenait pas dans le fil barbelé et qu'elle restait dissimulée par l'herbe. Soudain, un bruit derrière elle la fit sursauter. Son poil s'emmêla dans les fils. Elle était coincée et ne pouvait se retourner sans s'arracher la fourrure pour voir d'où venait le bruit.
Elle était donc dans une mauvaise situation.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
PV Fumée de Groseille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cake au saumon fumé
» Fumées des réacteurs dorsaux
» ? Toiles d'araignées et fumée...
» L'amour est une fumée faite de la vapeur des soupirs ? Hélène & Lilieth
» Un crépuscule consonlant. |Fumée &' Sioux|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤ Fox's Life ¤ :: Clan de la Cendre :: Le champ des moutons-
Sauter vers: